Chantier bénévole international - MENUISERIE Août 2018

Le chantier était composé de 8 bénévoles, tous français. Nous avons de nouveau eu le plaisir d’accueillir les résidents de l’ADAPEI Meuse qui ont été d’une aide précieuse pour la menuiserie de certains éléments du système de levage, et ils ont également participé à l’aménagement de l’espace vert de la cour du château avec les bénévoles.

Sorties de ce chantier :

Baignade dans la Meuse, visite de la Safranière du Pierrier à Domgermain-les-Toul et de Toul : cathédrale et son et lumière, après le restaurant. Visite insolite du patrimoine historique de Neufchâteau, à la lampe torche, de nuit. Visite du haut du donjon et des créneaux. L'anniversaire du maître ébéniste encadrant fut l’occasion pour les bénévoles de préparer ballons, gâteaux, bougies et petit intermède musical pour marquer le coup. Le dernier soir est animé d’un barbecue sous les étoiles, et les bénévoles ont pu acheter un dernier souvenir de Gombervaux grâce aux cartes postales de l’association.

Photo de droite : Sabine, l'une des bénévoles lors de ce chantier a gagné le concours de photos organisé par REMPART cet été-là !


Système de relevage de la herse.

Aucune documentation historique n’a pu à ce jour être appliquée, l’élaboration de ce projet est le fruit de la réflexion de notre maître ébéniste, appuyée sur l’attention, l’appréciation et l’analyse de de la porte et de la herse qui la défend.

Cette réflexion s’est fondée sur les différentes techniques pouvant être utilisées à cette époque et de l’observation des différents éléments ou indices présents sur les parois de la muraille au voisinage de la herse.


Travail du chantier.

Les pièces individuelles ont été tracées au sol, échelle 1, au cordeau. Puis, les mortaises et les tenons ont été taillées, ainsi que les paliers et poulies. La structure des bois les plus lourds a été mise en place le dimanche. Le contre-poids lesté par des pierres pèse environ 400 kg est accroché par des chaînes à la herse.

La première manœuvre a été effectuée le dernier jour.

Suite au premier essai, l’arbre du treuil présentait des difficultés de rotation, et un frottement latéral important a été constaté au niveau des poulies : le parallélisme des chaînes fixées à la herse a été réglé, et les poulies graissées.

Les deux roues qui permettent de lever le contre-poids ont également été modifiées : le passage de 4 à 8 poignées facilite le levage et la synchronisation des deux roues par ceux qui les manipulent.

A droite : le système de relevage, en place.



Ci-dessus, de gauche à droite : façonnage des entailles prévues pour accueillir les poulies, perçage d'une poulie et préparation de la face avant du système de relevage. Dessous, de gauche à droite :gros plans du treuil en place, partie centrale de face et vue latérale.